16 Lunes, Kami Garcia, Margaret Stohl

Hi 🙂 Oui, je sais ça fait (très) longtemps, mais je suis assez occupée ces derniers temps. Je vous promets d’être beaucoup plus active (d’ailleurs, j’ai déjà pas mal d’idées de critiques en tête ^^). Aujourd’hui, je vais vous parler de 16 Lunes qui a été adpaté au cinéma sous le titre de Sublimes Créatures.

livre-16-lunes

Résumé : J’ai longtemps rêvé de cette fille. Elle apparaissait dans un cauchemar où, malgré tous mes efforts, elle tombait sans que je ne puisse la sauver. Je me savais lié à elle d’une façon particulière. Et puis un jour, elle est arrivée en chair et en os au lycée de Gatlin, notre petite bourgade du Sud des Etats-Unis. Elle était belle et mystérieuse. Si j’avais su qu’en même temps que cette fille surgirait aussi une malédiction… J’étais éperdument amoureux, mais cet amour était perdu d’avance.

Mon avis : J’avais déjà vu le film cet été, en VF, bien avant de lire le livre 🙂 Pour être franche, je l’avais vraiment trouvé super réussi (j’ai prévu de le revisionner, donc une petite critique là-dessus arrivera bientôt ^^), beaucoup moins cliché que Twilight par exemple. Ça faisait un bout de temps que je cherchais le livre (à la médiathèque, au CDI…) et ma soeur a fini par le commander à la bibliohtèque et elle me l’a prêté immédiatement (sympa la soeur, hein ?). Passons à la critique :p J’ai été aussi convaincue par le livre que par le film. J’ai beaucoup aimé le personnage d’Ethan, et son point de vue par rapport à l’histoire, parce que c’est assez rare qu’un garçon soit le personnage principal d’un livre fantastique-romantique ^^ Je suis entrée dans l’histoire très rapidement et j’ai trouvé les descriptions (des personnages, de Gatlin…) très réussies. J’ai trouvé aussi intéressant que le terme de la “différence“ presque de la “marginalisation“ soit abordé de manière aussi directe… Parce que Lena l’Enchanteresse, la nièce de Macon Ravenwood (affectueusement surnommé “le vieux fou“ par les habitants et abhorré par tous) la fille dont Ethan va tomber amoureux, ne ressemble pas aux filles du lycée Jackson. Elle n’est pas blonde et ultra bronzée par des  UV, ni cheerleader et ne se trimballe pas avec des fringues ultra courtes et un petit sac métallique. D’ailleurs, c’est en partie pour ça qu’Ethan (avide de quitter la ville) va tomber amoureux d’elle : Lena apporte un souffle d’exotisme à Gatlin, ce que la plupart ne vont pas apprécier (les habitants de Gatlin sont horriblement formatés et clichés). Une horrible campagne va être menée contre elle par les mères de famille et ses filles cheerleaders, pour la mettre à l’écart, afin qu’elle craque, qu’elle s’en aille. Mais Lena tiendra bon, grâce à l’amour d’Ethan. On pourrait trouver ça un peu cliché, surtout au début, mais petit à petit, on se rend compte qu’on est loin de la petite passade adolescente. Ces deux-là s’aiment vraiment 🙂 Ces deux thèmes, la différence (en lisant ce livre, je n’ai pas pu m’empêcher d’y voir une parodie de nos collèges/lycées d’aujourd’hui, où dès que quelqu’un est un peu différent, on doit obligatoirement le détester ^^) et l’amour comptent beaucoup dans le livre.
Mention spéciale aux personnages secondaires, Macon Ravenwood, l’oncle de Lena aux airs de Cary Grant, assez extraordinaire et unique dans son genre, Amma, la gouvernante Voyante d’Ethan, sévère mais très attachante ou encore Ridley, la cousine de Lena (oui je sais ce n’est pas un personnage positif mais je l’ai adorée quand même), la petite garce manipulatrice qui fait assez tâche à Gatlin.
Il y a aussi beaucoup d’humour (le personnage de Link, le meilleur ami d’Ethan est juste génial à ce niveau-là, mais j’ai aussi trouvé les Soeurs, alias les tantes centenaires d’Ethan, très drôles dans leur genre), et d’allusions à la littérature classique. Mais aussi pas mal de moments d’émotions, à propos de la mère d’Ethan, une femme brillante, décédée dans un accident de voiture ou même du couple que forment Ethan et Lena. Le fantastique tient aussi une grande place dans le livre, mais je ne trouve pas ça barbant ou farfelu (contrairement à certains livres fantastiques complètement tirés par les cheveux), dans l’ensemble, j’ai plutôt apprécié ces moments-là 🙂 Pour terminer, ce livre est extrêmement prenant, captivant… Et je l’ai aussi trouvé très “imagé” (mais c’est sans doute parce que j’avais déjà vu le film ^^) et je n’ai eu aucun mal à imaginer le lycée, Gatlin, Ravenwood Manor… J’attaque dès que possible le deuxième tome ! :p

Note : 10/10

See you,

Leeda

Big-Easy, Ruta Sepetys

Hello 🙂 Comme promis, je suis de retour pour une critique de livre. Je posterai très bientôt l’article sur la saison 5 de Skins. Le livre dont je vais vous parler aujourd’hui s’appelle “Big-Easy”,  je l’ai reçu en avant première grâce à Gallimard Jeunesse. Donc, avant tout : merci à eux !

CVT_Big-easy_6307 (Désolée pour la qualité de l’image !)

Résumé : Années 50 à la Nouvelle-Orléans. Josie Moraine, 17 ans, n’a pas tiré le gros lot. Fille d’une prostituée qui n’a rien d’une mère attentionnée, elle grandit dans une maison close du Quartier français, celui de la mafia, des affaires louches et des gens sans avenir. Pourtant, Josie a un rêve : quitter cette villle, surnommée The Big Easy et pourtant si peu easy, pour entrer à Smith, prestigieuse université du Massachusetts. Impliquée dans une histoire de meurtre, dépouillée par sa mère et endettée, tout pousse la jeune fille à suivre, elle aussi, la voie de l’argent facile. Mais Jo vaut beaucoup mieux que cela… et ceux qui l’aiment le savent bien…

Mon avis : J’avais déjà lu “Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre”, du même auteur, que j’avais adoré et qui est devenu un de mes livres préférés.
Dès le début, j’ai été emballée par celui-ci. J’adore ce genre de livre historique, qui raconte l’histoire d’une héroïne forte et courageuse à la vie pourtant difficile. J’ai beaucoup aimé le personnage de Josie. Elle est très forte, malgré tous les problèmes qu’elle recontre, et se bat pour sortir de The Big Easy. Elle a une détermination et un courage hors du commun.
L’auteur réussit l’incroyable exploit de nous projeter dans les rues de la Nouvelle Orléans et d’accompagner Josie dans ses déplacements. Lorsque je lisais, je me représentais parfaitement la scène que j’avais devant moi.
A part ça, j’ai aussi aimé le personnage de Jesse, parce qu’il est extrêmement sensible sous ses airs, et celui de Willie, pour les mêmes raisons.
Malgré ses 442 pages, ce roman se lit très vite et j’ai du me rationner tellement je ne voulais pas le finir ^^
Le policier et la romance forment un très bon mélange, sans “clichés”. Durant tout le livre, Josie se cherche avant de se trouver véritablement. Ce n’est pas une héroïne sans défauts, mais on l’apprécie davantage, parce qu’elle a énormément de personnalité.

Note : 10/10

See you,

Leeda

Skins UK, Saison 4

Hello 🙂 Désolée pour cette longue absence, parce que ça fait un bon moment que j’ai fini la saison 4… Et il me reste un épisode dans la saison 5. La critique arrive bientôt, mais le prochain article sera une critique de livre 🙂 Vous verrez bien lequel c’est, it’s a surprise !

Saison-4-de-Skins_portrait_w674

Titre original : Skins

Date de diffusion : 2007

Avec : Kaya Scodelario, Jack O’Connell, Lily Loveless, Lisa Backwell, Luke Pasqualino…

Nationalité : Anglaise

Production : Achevée

Durée d’un épisode : 45 minutes

Résumé :   Skins raconte la vie d’adolescents vivants dans la banlieue de Bristol qui entrent dans la vie active et doivent affronter certains obstacles. La série aborde des thèmes de la vie courante, mélant l’homosexualité, la religion, la drogue, l’anorexie… Mais également des histoires de coeur, de famille, d’amitié…

Sources : Wikipédia et Hypnoweb

Saison-4-de-Skins_portrait_w674-2

Mon avis : Là encore, une excellente saison. On ne nous épargne rien, on vit tout avec les personnages. Je dirais que cette saison là est plus sombre que la troisième, peut-être parce qu’elle débute par la mort d’une adolescente, qui va tout bouleverser.
On apprend aussi qu’Effy est dépressive. Là encore, les phases de sa maladie nous sont montrées et on la découvre beaucoup plus fragile.
Le personnage de Freddy est toujours aussi peu intéressant d’après moi. Le skateur, le beau gosse de la bande, follement amoureux d’Effy… Mais, lors de son épisode, pourtant très sombre, on le redécouvre sous un autre angle.
En revanche, il y a de très belles scènes entre Cook et Effy.

4x04-Katie-katie-fitch-13713157-1280-720

J’ai trouvé Katie beaucoup plus intéressante dans cette saison. Dans la précédente, elle était tout simplement insuportable, c’était la popular girl par excellence. Mais là, elle est beaucoup plus sensible et attachante. Je ne vais pas vous parler de tous les personnages, qui sont, dans l’ensemble, toujours aussi beaux et attachants à leur manière.
Le pitch tient la route. Cette saison reste très intéressante, malgré des moments franchement noirs. Les acteurs sont excellents, mais ce n’est pas une surprise !
La fin de la saison 4 est pleine de suspense parce que… Ça se termine en pleine action.
Mais je ne vous en dis pas plus, si vous voulez regarder ^^.

Skins-4x08-effy-stonem-11238095-1280-720_large

En bref : des personnages toujours attachants et presque fascinants par leur pouvoir d’auto-destruction d’eux-mêmes, un excellent scénario et, toujours, une très bonne BO. Une superbe génération 2…

Note : 10/10

See you soon,
Leeda

Skins UK, Saison 3

Hello (: Je suis de retour pour la critique de la saison 3 de Skins, que j’ai fini vendredi… Je vais commencer l’épisode 2 de la saison 4 ce soir.

skins-cast-2

Titre original : Skins

Date de diffusion : 2007

Avec : Kaya Scodelario, Jack O’Connell, Lily Loveless, Lisa Backwell, Luke Pasqualino…

Nationalité : Anglaise

Production : Achevée

Durée d’un épisode : 45 minutes

Résumé :   Skins raconte la vie d’adolescents vivants dans la banlieue de Bristol qui entrent dans la vie active et doivent affronter certains obstacles. La série aborde des thèmes de la vie courante, mélant l’homosexualité, la religion, la drogue, l’anorexie… Mais également des histoires de coeur, de famille, d’amitié…

Sources : Wikipédia et Hypnoweb

skins03-01

Mon avis : J’avais lu des critiques, disant que la génération 2 était loin d’être aussi géniale que la précédente, beaucoup moins attachante, plus trash… Malgré tout, j’ai quand même regardé. Au départ, c’est dur d’oublier les personnages de la génération 1 : on s’attend à voir surgir Tony et les autres au coin d’une rue, au lycée… Et puis on s’habitue.
Je pense que c’est plus facile, parce qu’il y a Effy, elle fait le lien entre ces deux générations. Je continue à dire que c’est mon personnage préféré. Sans elle, ce ne serait pas pareil 😛
En revanche, il est vrai que cette génération est plus trash que la précédente. Ils respectent typiquement la devise “Live fast and die young”. Le personnage de Cook, par exemple, est assez extrême dans son genre : il n’a absolument aucune limite. Il ne se soucie pas de savoir le métier qu’il va faire plus tard et se moque complètement des règlements. Malgré tout, il est attachant à sa manière et très bien interprété par Jack O’Connell.

SKINS-Saison-3_portrait_w858

Personnellement, niveau personnages, j’ai une très nette préférence pour Effy, Cook, Naomi et J.J. (Précision : contrairement à pas mal de gens, je ne shippe pas Freffy 😡 mais plutôt Ceffy). Je trouve Freddie beaucoup trop prévisible.
Certains épisodes sont super, comme par exemple ceux sur Pandora (qui est toujours aussi drôle et attachante), la fameuse soirée “Twister et brownies” qui dégénère, Effy, la fête dans la forêt, Emily et Katie, le bal de l’amour. J’aime beaucoup Emily, que je préfère largement à sa jumelle, Katie, que je trouve superficielle, et peu attachante. C’est un des seuls personnages de Skins que je n’aime pas (avec Sketch, dans la génération 1 mais elle en même temps, euh… :P).

tumblr_mt2kp9q8Mq1rreer9o1_500

Le bilan : une saison 3 rythmée, pleine de sentiments et d’émotion, parfois très drôle et qui, selon moi, est aussi géniale que les saison 1 et 2. Des personnages attachants, réalistes (oui, on peut s’identifier à eux), une BO à tomber et la ville de Bristol, omniprésente, comme toujours.

Note : 10/10

See you soon,

Leeda

Skins UK, Saison 2

Helloo 🙂 Me revoici pour la critique de la saison 2 de Skins, un peu plus d’une semaine après la critique de la 1ère saison ^^ J’ai fini la saison 2 mercredi dernier et j’ai commencé la génération 2 vendredi, (épisode 8, saison 3).

d7e3a5178c41c22131abbcfa83a5dd33_large

Titre original : Skins

Date de diffusion : 2007

Avec : Nicholas Hoult, Mitch Hewer, Kaya Sodelario, Hannah Murray, Larissa Wilson, April Pearson, Joe Dempsie…

Nationalité : Anglaise

Production : Achevée

Durée d’un épisode : 45 minutes

Résumé :   Skins raconte la vie d’adolescents vivants dans la banlieue de Bristol qui entrent dans la vie active et doivent affronter certains obstacles. La série aborde des thèmes de la vie courante, mélant l’homosexualité, la religion, la drogue, l’anorexie… Mais également des histoires de coeur, de famille, d’amitié…

Sources : Wikipédia et Hypnoweb

serie-skins600220

Mon avis : Ça ne fait aucun doute, la saison 2 démarre sur une note plus dramatique que la première. Un des personnages est devenu handicapé et, au premier abord, la bande ne semble plus aussi soudée qu’avant.
Ensuite, je me suis habituée à nouveau à l’ambiance de la série et j’ai trouvé cette saison 2 aussi géniale que la première 🙂
Un nouveau personnage apparait, c’est Sketch, qu’on déteste et qui fait tout de même pitié malgré tout…

skins4

Certains passages sont super émouvants (je ne vous dis pas lesquels parce que ça gâcherait tout le suspense si vous vouliez regarder), d’autres drôles et certains innatendus. Mes épisodes préférés dans cette saison restent ceux sur Michelle (que j’adore ^^), Jal et  Cassie. Même si celui-ci est vraiment triste 😦
J’ai trouvé certains personnages beaucoup plus profonds dans cette saison, Michelle par exemple ou Sid. Tony n’est plus très “Tony” (je veux dire qu’il n’est plus tellement manipulateur) mais il n’en devient que beaucoup plus attachant.
Ensuite, je voudrais ajouter quelque chose sur Cassie : au début de la saison 2, elle devient franchement énervante…  Alors qu’elle était un de mes personnages préférés dans la première saison. Elle se comporte de manière méchante et égoïste, si bien qu’on se réjouit de la voir le moins possible. Mais petit à petit, vers la fin, elle redevient la Cassie qu’on aime tant 🙂

tumblr_l57pa3F5CQ1qccy3go1_500

Dans l’épisode sur Effy, on fait aussi connaissance avec un nouveau personnage : Pandora Moon. Certains pourraient penser qu’elle est puérile et trop enfantine mais je la trouve très attachante et super marrante 😛 D’ailleurs, c’est un des personnages principaux de la saison 3, en tant que meilleure amie d’Effy.
En résumé : une saison 2 excellente, tout aussi bien que la saison 1 d’après moi, un peu plus grave, mais aussi émouvante et géniale que la précédente.

Note : 10/10

On se voit bientôt pour l’article sur la saison 3 (pour l’heure, je ne vous dis pas ce que j’en pense, surprise, surprise ^^).

See you,

Leeda

Skins UK, Saison 1

Hello 🙂 Aujourd’hui je suis de retour pour une critique de la saison 1 de Skins UK (j’en suis à la fin du 2ème épisode de la 2ème saison au moment où j’écris ce post). Pas de panique, les critiques des prochaines saisons arriveront !

img_title-big

Titre original : Skins

Date de diffusion : 2007

Avec : Nicholas Hoult, Mitch Hewer, Kaya Sodelario, Hannah Murray, Larissa Wilson, April Pearson, Joe Dempsie

Nationalité : Anglaise

Production : Achevée

Durée d’un épisode : 45 minutes

Résumé :   Skins raconte la vie d’adolescents vivants dans la banlieue de Bristol qui entrent dans la vie active et doivent affronter certains obstacles. La série aborde des thèmes de la vie courante, mélant l’homosexualité, la religion, la drogue, l’anorexie… Mais également des histoires de coeur, de famille, d’amitié…

Sources : Wikipédia et Hypnoweb

14508117skins1-jpg

Mon avis : J’avais énormément entendu parler de cette série. En bien et en mal, d’ailleurs. On m’avait dit “c’est trash, sexuel et violent” ou encore “c’est la meilleure série de tous les temps”. Je suis beaucoup plus d’accord avec la deuxième phrase 🙂
Je m’explique. Oui, c’est trash. Mais en même temps, on sait à quoi on s’attend en regardant cette série. Disons que ce n’est pas aussi gentillet que 90210, mais beaucoup plus attachant et réaliste.
Le concept d’un épisode par personnage est cool et innovant. Ainsi, tous les personnages ont un rôle égal dans la série, ce qui est un bon point…
Le premier épisode, basé sur Tony, le leader manipulateur de la bande, nous plonge directement dans l’histoire. On rencontre tous les personnages et on a qu’une envie : voir la suite !
Au fur et à mesure, on s’attache aux “Skins”. A leurs qualités et à leurs défauts. Ils ne sont pas lisses et brillants comme dans “Gossip Girl” par exemple, mais c’est beaucoup mieux.
Dans la série, les parents et les professeurs ne sont pas du tout réalistes, entendons nous bien. Il n’y a qu’à prendre l’exemple des Ainsworth, les parents de Cassie, qui souffre d’anorexie, ou de Mme Richardson, la mère de Michelle. Quant aux professeurs, Angie, la prof de psycho qui a une aventure avec un de ses élèves de 17 ans (je ne dis pas qui c’est, si vous avez l’intention de regarder !) ou Tom, professeur d’histoire qui tente de se comporter comme un jeune mais qui ne fait que plus pitié.

18911417

J’aime beaucoup les épisodes sur Cassie, Maxxie et Anwar et Effy, qui nous montre que Tony n’est pas aussi insensible qu’il n’y parait et qu’il tient énormément à sa soeur. Effy, la petite soeur de Tony, souffre d’un mutisme inquiétant. On ne la voit ouvrir la bouche que sous l’emprise de la drogue (le fameux “sometimes, I think I was born in backwards”) ou tout à la fin de la saison. J’adore le personnage de Maxxie. Il est sensible, gentil, fidèle et mignon (ben oui il faut le dire quand même :P).
J’aime aussi beaucoup Chris, qui, sous ses airs de dragueur-clubber de la bande, est en fait très  drôle et attachant. Quant à Cassie, ses “wow”, ses “lovely” et sa sensibilité à fleur de peau font d’elle un personnage superbe.

2994187455_1_3_kDAnv6Uj

Le lieu (Bristol), est très bien choisi. Les personnages se réunissent dans le parc de College Green 🙂
Le ton de la série est énergique, humoristique mais parfois triste. On n’est pas épargnés. On vit tout avec les personnages. Le meilleur et le pire 🙂 L’épisode 9 “Everyone“, se termine par une superbe chanson, interprétée par des personnages de la bande, notamment Sid et Tony.
Alors, en conclusion : une excellente première saison. Des personnages attachants, écorchés vifs, torturés, mais beaux aussi d’une certaine manière. Des dialogues pétillants, une bande son à tomber… Bref, un coup de coeur.
Je ne peux que vous conseiller très fortement de regarder Skins (UK, attention !) ^^ Ils sont trop forts ces Anglais !

Note : 10/10

See you,

Leeda

Le Passe Miroir : Les Fiancés de l’Hiver, Christelle Dabos

Re bonjour ! Je suis déchaînée aujourd’hui ^^ On enchaîne avec une deuxième critique, qui parle aussi d’un livre que j’ai reçu en tant que chroniqueuse.

7761888763_la-passe-miroir

 

Résumé : Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’Arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

Mon avis : Lorsque j’ai reçu le livre, je l’ai commencé immédiatement. Pourquoi ? Le résumé me tentait bien, la couverture était très belle et ce livre était le lauréat du Concours du Premier Roman Gallimard Jeunesse. Je ne m’attendais pas à un tel coup de cœur ! Les personnages sont franchement attachants, j’ai beaucoup aimé Ophélie, sa timidité, sa discrétion, son intelligence, Thorn, qui se dévoile au fil des pages et la tante Roseline m’a fait bien rire, même si ce n’est qu’un personnage secondaire.
Dès le début, on se sent happé par les mots, à chaque page tournée, on entre un peu plus dans l’atmosphère du livre…
Les décors sont très beaux, très bien décrits. Je parle notamment de la Citacielle. Quelle splendeur ! Les descriptions sont riches, et, je ne vous le cache pas, d’habitude les descriptions de lieux m’ennuient un peu. Mais là, c’était tout simplement sublime ! Je suis enthousiaste, je sais ^^ J’ai également apprécié le personnage du grand-oncle d’Ophélie, même si on ne le voit pas beaucoup. Il est plein de finesse et de justesse, sous une apparence un peu bourrue.
Certains passages m’ont faite beaucoup rire 😛 Surtout ceux avec la tante Roseline, qui rajoutait encore plus d’humour à l’histoire. J’ai très vite terminé le livre, tellement j’ai accroché. Là encore, j’avais l’impression de suivre Ophélie à travers l’histoire, de tout ressentir avec elle… Bref, un livre magique.

Note : 10/10

See you,

Leeda